Beni : deux prêtres catholiques enlevés

Goma, le 18 juillet 2017 (caritasgoma.org) -Des hommes armés non encore identifiés ont enlevé la nuit de dimanche à lundi 17 juillet, deux  prêtres de la paroisse catholique Notre dame des anges de Bunyuka, dans la chefferie de Bashu au sud du  territoire de Beni (Nord-Kivu).

Selon les sources  du diocèse de Butembo-Beni, citées par Radio Okapi, il s’agit des abbés Pierre Akilimali et  Charles Kipasa.

Les mêmes sources rapportent que les ravisseurs ont fait incursion dans le couvent,  passé à tabac l’ensemble des séminaristes hébergés sur place avant d’amener avec eux les prêtres vers une destination inconnue.

Ils ont également emporté deux voitures Toyota RAV4 et deux motos de la paroisse qu’ils auraient abandonnées au niveau du village de Kavasewe, non loin du parc national des Virunga.

Trois autres  prêtres, Jean Pierre Ndulani, Edmond  Kisughu et Anselme Wasukundi, tous de la paroisse catholique Notre dame de Mbau, dans le territoire de Beni enlevés en octobre 2012, n’ont toujours pas été relâchés.

Violences inter communautaires

Selon Jeune Afrique, les autorités civiles locales confirment l’enlèvement, mais restent plus prudentes sur l’identité supposée des ravisseurs. « Je confirme l’enlèvement de deux prêtres de la paroisse catholique de Bunyuka par des personnes armées inconnues », a déclaré Amisi Kalonda, administrateur du territoire de Beni, qui assure que les « services de défense et de sécurité sont à pied d’œuvre pour les retrouver ». Il a par ailleurs précisé que les ravisseurs ont abandonné deux véhicules derrière eux. L’identité des ravisseurs n’est pour l’instant pas officiellement connue, et aucune revendication de l’enlèvement n’a été faite. Cependant, les deux prêtres enlevés dans la nuit de dimanche à lundi sont de l’ethnie Nande, ce qui pourrait accréditer la thèse d’un nouvel épisode dans les violences inter communautaires récurrentes dans cette région de l’est de la RDCongo entre Nande, Kobo et Hunde d’une part, et Hutu de l’autre.

Cet enlèvement intervient alors que la province du Nord-Kivu est le théâtre d’un regain de violences armées depuis la mi-juin. Plusieurs attaques meurtrières ont été menées dans la région, notamment contre les forces armées congolaises, par un groupe armé non identifié formellement.

L’ampleur et la multiplicité des attaques récentes menées par ces hommes armés a même poussé le gouverneur de la province à lancer un véritable cri d’alarme, le 28 juin dernier. « Une nouvelle guerre se profile à l’horizon », avait alors prévenu Julien Paluku, gouverneur de la province du Nord-Kivu, qui jugeait alors que les attaques répétées, jusque dans les faubourgs de la ville de Beni, « dépassent de loin la capacité des présumés Maï-Maï ».

Les enlèvements sont un phénomène courant dans cette province de l’est de la RD Congo. Mais l’enlèvement de religieux reste relativement rare. En 2012, trois prêtres assomptionnistes avaient été enlevés près de Beni par des hommes armés, désignés alors comme des membres des ADF, l’Alliance des Forces démocratiques, un groupe armé venu d’Ouganda au milieu des années 1990.

Cellule de Communication

Laisser un commentaire

Don à Caritas Goma