Caritas Goma dans l’assistance humanitaire : Plus de 5.000 tonnes de vivres distribuées à des milliers de déplacés en 2015

Goma, le 25 janvier 2016 (caritasgoma.org) –

Ils sont désormais 600.000 déplacés de guerre, selon l’ONU, réfugiés dans leur propre pays (au Nord-Kivu) à cause de la violence. Des pères et des mères désespérés, à la recherche d’un lieu sûr pour leurs enfants.

"Mais notre grand souhait est de retourner dans nos milieux d’origine. La vie du camp n’est pas facile"

“Mais notre grand souhait est de retourner dans nos milieux d’origine. La vie du camp n’est pas facile”

Louise, 35 ans, habite depuis 2012 dans le camp de déplacés de Kashuga, à 100 km de Goma, capitale du Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Depuis qu’elle a fui son village de Katobi à cause des affrontements armés, elle vit dans ce camp avec son mari et ses sept enfants. Et où plus de 2.700 autres personnes déplacées [des pères, des mères et des enfants] désespérés vivent dans les mêmes conditions.  

“Notre quotidien est dans l’incertitude totale. Car la façon dont nous vivons… même trouver à manger, c’est un miracle. Mais quand la ration alimentaire arrive, c’est un grand soulagement pour nous”, affirme Louise.

Apaiser la souffrance de ces déplacés en répondant à leurs besoins les plus urgents, voilà ce que Caritas Goma fait chaque année. Les statistiques sur lesquelles Caritas Goma se base sont fournies par le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Ces données permettent d’identifier les nouveaux et les anciens déplacés ainsi que des enfants non-accompagnés pour calculer la ration par personne et élaborer le calendrier par site de distribution à soumettre au Programme alimentaire mondial (PAM). En partenariat avec ce dernier pour 2015, Caritas Goma a distribué plus de 5.000 tonnes de vivres à des milliers de déplacés dans 29 camps, dans des sites (écoles, hôpitaux, églises…) et dans des familles d’accueil.

“Mais notre grand souhait est de retourner dans nos milieux d’origine. La vie du camp n’est pas facile”, dit-elle.

En fait, le calendrier comprend les dates de distribution, les différents sites, le nombre des bénéficiaires, la ration de 15 jours (farine de maïs de 400 grammes par personne et par jour, 120 grammes de légumineuses par personne et par jour, 30 grammes d’huile par personne et par jour et 5 grammes de sel par personne et par jour).

Le Nord-Kivu est le théâtre des crises humanitaires à répétition. Hormis les quelque 125.000 personnes qui – auparavant étaient déplacées mais qui sont rentrées dans leurs villages d’origine entre janvier et décembre 2015 – c’est 600 000 autres qui sont aujourd’hui déplacées, précise l’ONU. Caritas Goma fait appel à la solidarité des membres du réseau Caritas Internationalis et des agences de l’ONU pour assurer leur assistance humanitaire.

Cellule de Communication

Laisser un commentaire

Don à Caritas Goma