JDJ 2017 à Goma : Trente-mille jeunes réunis autour de l’évêque

Goma, le 25 avril 2017 (caritasgoma.org) – Du Burundi au Rwanda, en passant par le Kenya et la Tanzanie, des jeunes affluent et se dirigent à Goma, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). Ici, c’est leurs semblables venus de différentes localités du Nord et du Sud-Kivu qui les attendent pour commencer les Journées diocésaines des jeunes (JDJ), célébrées par l’évêque de Goma.

Nous sommes le vendredi 07 avril 2017 à Goma. Il est 8heures au collège Mwanga. Une lignée de chaises placées à la verticale et à l’horizontale se remplit au fur et à mesure que les invités arrivent à la Place Jean Paul II. Où jeunes, religieux, autorités provinciales et responsables de la Mission de l’Onu en RDC, des agences onusiennes et des organisations internationales prennent place conformément aux directives données par les jeunes commis au service d’accueil. C’est le premier jour des JDJ.

Dans moins de 30 minutes, Mgr Théophile Kaboy, fera son entrée. Il faut donc se dépêcher et prendre place avant l’arrivée de l’évêque de Goma. Pendant ce temps, l’aumônier diocésain des jeunes fait encore des va-et-vient pour s’assurer que les dernières directives sont exécutées, avant d’aller mettre sa soutane : ‘’Tout doit être parfait ’supers jeunes’ ’’, lance l’abbé Alberto Rodriguez, qui disparait aussitôt dans la foule.

Soudain, la foule se lève. On comprend tout de suite que l’évêque arrive. La procession se pointe et sous l’animation de la chorale, on entonne des chants d’allégresse. Les Kizito et les Anuarites (ces garçons et ces filles qui dansent devant l’estrade lors de la messe) exhibent allégrement des pas des danses sous l’œil admirateur de la foule.

Les jeunes, après s’être humblement reconnus pécheurs et avoir accueilli le pardon de Dieu, ils ont récité le ‘’Je confesse à Dieu’’, ‘’Seigneur prend pitié de nous’’. Puis, dans son homélie, Mgr Kaboy insiste sur l’Amour qui doit régner entre les communautés en bannissant tout esprit du tribalisme. Parlant de ‘’Le Seigneur fit pour moi des merveilles, saint est Son nom’’, le thème choisi par le pape pour les JDJ/2017, l’évêque de Goma appelle les jeunes à s’émerveiller ! ‘’Le jeune est, explique l’évêque, celui qui aime le beau et le vrai. Il n’est pas celui qui doit perdre du temps dans les conflits tribaux et dans les fausses idéologies. Le jeune est celui qui s’éloigne du banditisme, de l’alcoolisme, de la drogue, du vagabondage sexuel…’’. S’adressant à une foule conquise à ses propos, Mgr Kaboy insiste : ‘’Le jeune est celui qui est fort quand il se sent responsable de l’autre. Il est celui qui se confie aux anciens et aux sages pour aller de l’avant. Sur ce, le jeune doit dire non à toute initiative qui vise à déstabiliser son pays, sa région, sa localité’’.

Au deuxième jour, c’est une foule inimaginable des jeunes qui débattent sur l’entreprenariat, l’engagement transfrontalier pour la paix, le rôle des jeunes dans la cohabitation pacifique, la sexualité responsable. Mais aussi sur les jeunes et les groupes armés afin qu’ils comprennent leur rôle et leur responsabilité vis-à-vis de la nation. Pour l’évêque, les jeunes ne doivent pas être des instruments que les seigneurs de guerre utilisent pour atteindre leur but. Au contraire, ils doivent s’impliquer activement à toute question qui tend vers un changement positif des conflits armés.

Pour sa part, Francine Muyumba, présidente de la jeunesse panafricaine, venue spécialement de Kinshasa (capitale de la RDC) pour participer à ces JDJ, a focalisé son speech sur la promotion de l’entreprenariat. Car, pour elle, si les jeunes de l’Est de la RDC rejoignent les groupés, c’est par qu’ils sont dans le chômage. Sur ce, elle les appelle à développer l’esprit d’entreprenariat…une tache que Muyumba assigne tout d’abord au gouvernement. En créant des emplois pour les jeunes, cela leur permettrait de se désolidariser d’avec les groupes armés ou de dire non à leurs appels.

Selon  la Banque mondiale, la RDC devrait créer 2 à 4 millions d’emplois chaque année pour absorber les nouveaux arrivants sur le marché du travail et réduire la pauvreté. Mais faute de possibilité d’embouche, un rapport de la Banque africaine de développement, publié en 2012, affirme que l’absence des structures efficaces dans la création des emplois pousse de nombreux jeunes vers la délinquance.Enfin, le dimanche 9 avril. C’est la clôture des JDJ par une messe célébrée par Mgr Kaboy. Le principal message que l’évêque a transmis aux jeunes du Burundi, du Kenya, de la Tanzanie, du Rwanda et de la RDC : ‘’N’oubliez pas que nos différences constituent une force’’… Et pour boucler la boucle, une panoplie d’artistes musiciens congolais et des pays invités, de comédiens et d’acrobates a agrémenté les JDJ lors d’une soirée culturelle très mouvementée. Rendez-vous : l’année prochaine à l’occasion du dimanche des Rameaux.

Cellule de Communication

 

 

Laisser un commentaire

Don à Caritas Goma