Lutter contre la tuberculose et le Sida, une priorité pour Caritas Goma

Goma, le 23 août 2017 (caritasgoma.org) – Plus de cent mille cas de tuberculose sont dépistés chaque année en République démocratique du Congo (RDC). Le pays occupe, selon l’Organisation mondiale de la santé, la 4e place en Afrique à forte charge de la tuberculose. Malgré les efforts réunis pour mettre fin à ce fléau.

Assise sur un banc, Mira – une quinquagénaire – attend patiemment son tour pour voir le médecin. Cela va faire 25 jours que sa toux ne s’est pas arrêtée. Mira peine à se mettre debout et présente un amaigrissement très important. Après sa consultation, la dame est diagnostiquée porteuse de la tuberculose. Ce, après une série des fièvres prolongées qui prédominaient typiquement le soir et la nuit et qui s’accompagnaient de sueurs nocturnes abondantes. A cela, ajouter une toux initialement sèche avec des crachats contenant de sang et des douleurs thoracique. Des signes qui ont poussé le Dr Michel Kakule, médecin-directeur de l’hôpital général de Minova – une structure gérée par Caritas Goma –  à conclure son examen.

Comme Mira, beaucoup d’autres personnes se retrouvent dans la même situation et l’ignorent complètement. La tuberculose reste une maladie qui se transmet par la voie respiratoire des personnes malades et ravage toutes les couches sociales (enfants, vieux, riches, pauvres, noirs ou blancs) avec plusieurs méfaits néfastes sur la communauté, a indiqué le médecin au cours d’un entretien qu’il nous a accordé. La seule façon de lutter contre cette maladie, est d’aller au centre de santé pour des examens et un traitement adéquats, a exhorté le Dr Kakule. Et pour cela, Caritas Goma se charge de soulager les souffrances à travers un projet qu’elle exécute.

C’est depuis juillet 2016, que le projet Investir pour obtenir plus d’impact contre la tuberculose et le VIH/Sida, tente de soulager les souffrances des personnes affectées par la maladie de tuberculose dans le diocèse de Goma. Mais aussi dans celui de Butembo-Beni. Les deux juridictions ecclésiastiques qui constituent le Nord-Kivu. Ce, grâce au financement du Fonds mondial, avec comme récipiendaire Caritas Congo, aux côtés du Programme national de lutte contre la tuberculose (PNLT). A travers des sensibilisations communautaires sur la maladie, Caritas Goma apporte un appui nutritionnel constitué de 15 Kg de farine de maïs, 12 Kg d’haricots, 2 Kg de sucre, de 2,5 litres d’huile végétal et de 400 Gr du  lait en poudre.

En outre, Caritas Goma apporte un appui social aux malades, en raison d’une somme de 30 dollars. Ce, pour  une bonne adhérence au traitement. Et enfin, un appui technique. Ici, il est question de former les relais communautaires pour une bonne maitrise sur la maladie.

Lutter aussi contre le VIH/Sida

Le PNLT a publié dans un rapport de 2017 que 12% des 120 000 malades de tuberculose dépistés en RDC sont séropositifs. Or, la tuberculose est la maladie opportuniste la plus fréquemment observée chez les patients infectés par le VIH/ Sida. A l’échelle mondiale, elle arrive au premier rang des causes de décès chez les personnes infectées par le VIH.

D’où, la nécessité d’encourager les malades à se faire dépister pour les deux pathologies (Tuberculose et Sida), explique Pascal Luhiriri, point focale du projet à Caritas Goma. ‘’Le traitement antituberculeux est tout aussi efficace chez les personnes infectées par le VIH que chez celles qui sont indemnes, dans la mesure où le régime thérapeutique est approprié, que l’organisme est sensible aux médicaments de première ligne et que le patient est fidèle au traitement’’, a-t- il

Mais à noter qu’au cours du premier trimestre 2017, sur 1853 cas de tuberculeux dépistés à Goma, à Beni et à Butembo, les  relais communautaires sont  parvenus  à orienter  1483 cas, soit 80 % dans différentes zones de santé. Une sensibilisation qui promet, rassure Luhiriri.

Cellule de Communication

Laisser un commentaire

Don à Caritas Goma