Masisi : Des foires pour améliorer la vie des personnes déplacées

Goma, le 20 février 2017 (caritasgoma.org) – Selon le Bureau de Coordination des Affaires humanitaires des Nations unies (OCHA), elles sont aujourd’hui plus de 830.000 personnes : des pères et des mères désespérés, à la recherche d’un lieu sûr pour leurs enfants. La raison ? A chaque fois que les combats s’intensifient, les habitants de la région où se déroule le champ de batail fuient dans la précipitation. Et ne prennent presque rien avec eux.

 

Visage émerveillé, Nyota, 4 ans, exhibe des pas de danses. Sous un rythme des chansons folkloriques que crachent les baffles, la petite fille accompagne les danseurs venus agrémenter la journée à la foire. Devant une foule immense et sous un après-midi paisible, rien n’échappe à l’enfant qui de temps en temps s’échappe de la main de sa mère et se trémousse sous un regard admirateur de ceux qui observent la scène. Pendant ce temps, Kavira, sa mère, ne s’occupe pas trop de son enthousiasme. Elle vaque librement d’un stand à un autre à la recherche de quelques articles pour la famille. Nyota, elle, crie de joie à chaque fois que sa mère lui présente quelque chose à essayer. “Tiens, essaye ces sandales. Et surtout, n’essaye pas de forcer le pied. S’ils sont petits, on va chercher d’autres”, déclare cette mère de 7 enfants et enceinte de son huitième.

La scène se passe, en ce mois de janvier, dans un camp de déplacés à Kashuga, dans le territoire de Masisi à environs 110 km de Goma, capitale du Nord-Kivu, dans l’Est de la République démocratique du Congo. C’est ici que la famille de Nyota a trouvé refuge.

Comme Nyota, d’autres enfants sont aussi entassés avec leurs parents dans ce camp de déplacés. Avec l’appui financier de Caritas Allemagne, Caritas Goma a assisté 3.200 ménages (déplacés, retournés et autochtones vulnérables) sur l’axe Kashuga-Ibuga en Articles ménagers essentiels (AME) sous forme de foires. Des foires qui permettent aux bénéficiaires d’acheter des biens de leur choix en échange de coupons (d’une valeur de 75 dollars par ménage) qui servent de monnaie lors des achats exclusivement à l’intérieur de la foire. La foire est organisée dans le cadre d’un projet appelée AMAC (Appui multisectoriel aux ménages affectés par les conflits armés au Nord-Kivu).

Ses coupons à la main, Kavira circule librement et découvre les articles ménagers et leurs prix. “A la maison avec les enfants, nous avions établi déjà une liste de ce que nous allions acheter ici. Ça facilite les choses”, dit-elle, en souriant. Kavira choisit des chaussures pour ses enfants, un matelas, un sceau, du savon, des habits pour bébé en préparation de sa prochaine maternité, des casseroles et enfin, un kit hygiénique intimes pour elle et ses filles. Elle visite ensuite plusieurs autres stands, revenant de temps en temps vers Nyota qui s’est assise depuis ses pas de danse, près d’un point d’eau aménagé à l’intérieure de la foire…

AMAC, un projet multisectoriel

Ce vaste projet multisectoriel met à la disposition des communautés de Masisi des services sociaux de base pour améliorer leurs moyens de subsistance. Le projet se focalise notamment dans le relèvement communautaire. Ici, le projet a réhabilité et construit les principales routes de desserte agricole. Le projet a aussi créé d’emplois pour les jeunes, les femmes et les ex-combattants et soutenu les petites entreprises.

Des outils aratoires pour emblaver les champs, des semences et matériels pour créer les pépinières maraichères… 5500 ménages affectés par les conflits armés ont reçu chacun une houe, un râteau et un arrosoir pour améliorer sa sécurité alimentaire. Parmi eux, 2.000 ont aussi reçu des animaux géniteurs, des produits phytosanitaires et vétérinaires nécessaires pour constituer un cheptel. Mais tous ont vu leur leurs connaissances techniques et le savoir-faire en matières agricole renforcés grâces aux formations données par Caritas Goma. Ils ont aussi reçu des arbres fruitiers pour contribuer à la protection de l’environnement.

Avec AMAC : six foires ont été organisées ou chaque ménage a reçu un coupon d’une valeur de 75 dollars pour les articles ménagers essentiels. Ce, dans les localités de Mweso, Kalengera, Kirumbi, Mpati, Goliba, Kivuye et Bweru ; des kits hygiéniques intimes et AME distribués à 5500 ménages d’une valeur de 10 dollars ; des semences maraichères distribuées à 5500 ménages à raison de 10 gr d’oignon, poireau, chou, carotte et amarante par ménage ; des semences vivrières améliorées à 5500 ménages à raison de 15 Kg haricot, 5 Kg de sorgho et 5 kg de maïs ; des houes distribuées  à 5500 ménage à raison de une par ménage, 128 champs Ecoles Paysans (CEP) implantés dans toute la zone du projet ; des brouettes, des râteaux, des bâches, des arrosoirs des sceaux et des bottes distribués dans toute la zone du projet pour la mise en œuvre des pépinières des essences de légumineuses ; 124 chevrières implantées dans toute la zone du projet ; 652 chèvres et 40 boucs distribués aux ménages qui ont contribué à construire de chevrières ; 200.000 Ml de Tripsacum distribués dans toute la zone du projet ; 4.405 jardins de case installés dans toute la zone du projet, ce qui représente 80 % des ménages et 3.950 de jardins de case semés, ce qui représente 72 % des ménages ; deux ponts et 20 dalots construits ; une campagne de sensibilisation sur le lavage des mains, les maladies d’origine hydrique, l’hygiène corporelle et le VIH/SIDA menée dans 19 localités.

AMAC se focalise aussi dans le domaine de protection. Ici, le projet s’est lancé dans la cohabitation pacifique entre les communautés de Masisi. Dans une région où les femmes enceintes parcourent des kilomètres pour atteindre la maternité, le projet prévoit aussi la construction d’un centre de santé pour améliorer la santé maternelle et infantile.

Cellule de Communication

Laisser un commentaire

Don à Caritas Goma