Mpati : Caritas Goma lance l’opération “Un arbre pour le climat !”

Goma, le 3 avril 2017 (caritasgoma.org) – Fonte accélérée des glaciers, montée des eaux, sécheresses, inondations : aux quatre coins du monde, le dérèglement climatique est à l’œuvre. Partout, il affecte les modes de vie et menace la sécurité des populations. Pour mettre la main dans la pâte sur la lutte contre le réchauffement climatique, Caritas Goma vient de lancer l’opération “Un arbre pour le climat !”. Avec le financement de Caritas Allemagne, l’opération consiste à planter 16.000 arbres à Mpati, en province du Nord-Kivu, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). Un dispositif de mobilisation hors du commun !

Des paysans, des élèves, des autorités locales… se pressent autour d’un tronc d’arbre très maigre, garni de quelques branches. Armés de pelles, de pioches, de bèches et de houes, ils se préparent – sur un vaste terrain à perte de vue – à la mise en terre de cet arbre dans un trou suffisamment grand pour la motte racinaire. Le moment tant attendu est enfin arrivé : l’arbre est installé dans son emplacement… sous les applaudissements. Puis, le trou est comblé avec un mélange aux trois quarts de terre naturelle et le reste, du fumier.

La plantation de cet arbre par le chef de localité [et celle de 15.999 autres par la population locale] se passe mardi 28 mars 2017 à Mpati : une localité située à 150 km de Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu. Caritas Goma a initié cette population à s’engager pour la défense de la planète. Ce, en plantant tous ces arbres dans une seule journée. Un projet de sensibilisation qui se concrétise par une action réelle. La sensibilisation a invité la population de Mpati à savoir que planter un arbre ne consiste pas uniquement à creuser un trou dans la terre pour y déposer son arbre. Mais il s’agit plutôt de comprendre que les arbres purifient l’air, dégagent l’oxygène (photosynthèse), donnent de l’ombre, constituent des abris pour les oiseaux et d’autres êtres vivants, limitent l’érosion des sols… Ce qui permet à la population de devenir un acteur de développement durable en participant à la lutte contre la déforestation et les changements climatiques.

Des arbres pour la paix…

Le génocide rwandais a entrainé un afflux massif de réfugiés au Nord-Kivu. Plus d’un million d’entre eux s’y sont installés en 1994 et ne sont rentrés dans leurs pays, pour la plupart, que bien des années plus tard. Devenus rebelles FDLR [pour ceux qui ne sont pas rentrés au Rwanda], les ex-réfugiés se sont donnés à la coupe abusive des arbres. Avant le désastre, Mpati était une région forestière. Vingt-trois ans plus tard, cette région caractérisée par une forte densité de population couplée à une agriculture intensive est devenue “une savane”. La déforestation a entrainé la raréfaction du bois de chauffe, la dégradation des sols cultivables, une baisse des rendements agricoles. Bref, une baisse des revenus des paysans. Ces derniers ne parvenant que difficilement à subvenir à leurs besoins. Une situation qui ne permet pas de faire face à ces besoins.

Mpati – qui vit une situation [Après-guerre ou Entre-deux-guerres ?] – est une région ravagée par les FDLR et les milices locales. C’est ici que Caritas Goma fait sien le cri du cœur de Wangari Maathai, Prix Nobel de la paix 2004. “Lorsque nous plantons les arbres, nous plantons les graines de la paix et de l’espérance”, ne cessait le dire cette figure emblématique de la défense des droits de l’homme et de la protection de l’environnement.

…et pour la biodiversité

Ainsi, Caritas Goma a mis en œuvre un vaste projet agroforestier dans cette partie du Nord-Kivu. Visant à contrer l’avancée de la dégradation des sols cultivables, à valoriser les ressources et à accroitre les rendements agricoles, ce projet met l’accent sur toutes les pratiques agricoles associant l’arbre aux cultures. Intégrés aux cultures, les arbres favorisent l’infiltration et la protection des eaux, permettent aux paysans d’en retirer du bois de chauffe et du bois de service. Mais également du fourrage pour le bétail. Car les arbres ont un effet antiérosif sur l’environnement, participent à la préservation des sols et améliorent leur fertilité.

En fait, l’opération “Un arbre pour le climat !” est née de la COP 21 [21e Conférence des parties]. A l’occasion de cette conférence mondiale sur le climat tenue en novembre-décembre 2015 à Paris (France), 195 délégations ont rendu le premier accord universel contre le réchauffement climatique, à l’issue de deux semaines d’après négociations. C’est suite à cet accord que Caritas Allemagne a mis à la disposition de Caritas Goma un fonds du gouvernement allemand pour lutter contre le réchauffement climatique au Nord-Kivu.

Et c’est un cedrela : essence produisant un bois léger et odorant réputé pour sa résistance aux insectes, c’est un calliandra : arbuste aux fleurs très décoratives appréciées par les oiseaux et les insectes, c’est un grevillea : arbuste très florifère, c’est un leucaena leucocephala : arbre connu par sa croissance rapide et utilisé pour diverses applications, c’est un eucalyptus : planté dans des nombreuses régions du monde en raison de sa grande rentabilité [aussi pour son bois solide], que la population de Mpati a plantés sur ce vaste terrain.

Cellule de Communication

Laisser un commentaire

Don à Caritas Goma