Nord-Kivu : Lushebere renait de ses cendres

Goma, le 19 février 2014 (caritasgoma.org) – Dix ans après la réhabilitation de la laiterie-fromagerie de Lushebere, la construction d’un marché moderne dans cette localité située à 80 km à l’ouest de Goma peut être vue à la fois comme un signe et une garantie d’une paix fragile.

Ferme de Lushebere

Le voyageur qui débarque à Lushebere est d’abord séduit par son paysage. Avec ses pâturages vierges à perte de vue où des vaches broutent paisiblement, cette localité du territoire de Masisi, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), s’étale sur plusieurs collines.

C’est sur quelques-unes de ces collines que la ferme de Lushebere, créée dans les années 1960 par le Père Carbonel, a été fermée en 1993, à la suite des graves affrontements ethniques dans la région. Des maisons, champs, écoles, centres de santé, marchés, unités de production, églises… avaient été incendiés, et des bétails pillés par des milices opposées. Ces événements avaient forcé le diocèse de Goma à suspendre les activités de la laiterie-fromagerie tandis que de nombreuses familles avaient fui Masisi vers Goma et les pays limitrophes, notamment le Rwanda.

La ferme a repris ses activités en 2003, avec le financement (sous forme d’équipements) de Saint Ave-Goma Entraide (SAGE). Cette association a été créée en 2002 en France pour aider à la pacification entre les communautés de Lushebere à travers les intérêts économiques partagés. Ensuite, est arrivé le financement de Rotary Club de Vannes (une vile située à l’ouest de la France) et Rotary International. Cet appui financier a servi à pasteuriser le lait et à le mettre dans des sachets.

Mais Lushebere n’avait pas de marché [moderne]. Avec le financement de la Corée du Sud, via le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), Caritas Goma construit un marché pour redynamiser les économies locales. La main-d’œuvre étant composée de femmes, jeunes et ex-combattants. Avec l’appui du PNUD, Caritas Goma applique cette stratégie qui consiste à donner de l’emploi à ces trois catégories sociales.

Car l’épanouissement d’ex-combattants démobilisés par le PNUD est un grand objectif poursuivi par Caritas Goma en vue d’une meilleure intégration dans leurs milieux de réinsertion. Et l’épanouissement de femmes et de jeunes aussi rentre dans la pacification de la région.

Cellule de Communication

One Comment

  1. Vincent Jean dit :

    Mr., Mme,

    je voudrais vous dire que la Ferme de Lushebere, ou j’ai travaillé
    comme volontaire belge pour la coopération, a été fondé par le père Roger Carbonez , avec l’aide d’un ONG belge qui s’appelle ‘Ieder voor allen’.(chacun pour tous), un ONG qui travaillait en cooperation avec une organisation des agriculteurs flamands qui s’apelle ‘Boerenbond.
    J’aimerais recevoir un peu plus d’information sur les activités actuelles de la Ferme de Lushebere.
    Merci d’avance

Laisser un commentaire

Don à Caritas Goma