Plan d’action humanitaire (PAH) 2016 : 165 millions de dollars nécessaires pour sauver des vies au Nord-Kivu

Goma, le 29 février 2016 (caritasgoma.org) – Conflits avec violences, flambées d’épidémies, catastrophes naturelles, malnutrition… Une crise humanitaire aux proportions massives a plongé 1,59 millions de personnes dans le besoin d’assistance humanitaire et de protection au Nord-Kivu, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC).

''Foireee en biens non alimentaires à Masisi, au Nord-Kivu, par Caritas Goma

”Foire” en biens non alimentaires à Masisi, au Nord-Kivu, par Caritas Goma

Sur ces 1,59 millions de personnes, 641 000 sont dans des camps de déplacées, 426 000 sont dans des familles d’accueil, 258 000 sont retournées dans leurs régions d’origine et 116 000 sont des réfugiées, selon le Bureau de la Coordination des Nations unies pour les Affaires humanitaires (OCHA). Elles auront toutes besoin d’une aide d’urgence. OCHA ajoute que les unes sont victimes de la vulnérabilité aiguë causée par la perte d’accès aux biens et services fondamentaux. Les autres voient leur droit à la vie, à la dignité et à l’intégrité compromis. Les troisièmes sont frappées par la malnutrition aiguë. Et les quatrièmes par les épidémies. 

De l’avis de l’abbé directeur de Caritas Goma, le contexte humanitaire au Nord-Kivu est fragile à cause notamment de la fréquence des affrontements armés d’une part, les groupes armés entre eux et d’autre part, la traque de l’armée sur ces derniers. Ces affrontements occasionnent donc des déplacements internes. La province compte 53 camps de déplacés. 52% des enfants au Nord-Kivu sont malnutris [le taux le plus élevé du pays]. C’est au Nord-Kivu que seuls 9% des enfants ont un acte de naissance [le taux le plus bas du pays]… 

Mais, le présent ne peut pas nous empêcher d’avoir une vision du futur, affirme Mgr Théophile Kaboy, Evêque de Goma, faisant allusion aux conditions de vie déplorables de ces personnes affectées. Ainsi, l’amélioration immédiate de leurs conditions de vie, leur protection et l’assurance du respect de leurs droits ainsi que la diminution de leur surmortalité et de leur surmorbidité sont au centre du PAH 2016 dans la région.

Sur l’ensemble de la RDC, le PAH 2016 est chiffré à 690 millions de dollars. Le plan va permettre de venir en aide à 7,5 millions de personnes dont 1,6 millions sont déplacées ; 4,5 millions souffrent d’insécurité alimentaire. Ce, dans un pays où la moitié des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition chronique. Aux mouvements de populations à l’intérieur de la RDC [conflits armés, catastrophes…], ceux venus des pays voisins aggravent les niveaux déjà très élevé de vulnérabilité des 1,2 millions de la population.

Cellule de Communication

One Comment

  1. christophe LETAKAMBA dit :

    La partie de la RDC est victime des crises à répétition, face à différentes crises européennes. La mobilisation des fonds est un challenge.

Laisser un commentaire

Don à Caritas Goma