Sommet humanitaire mondial : l’Ouganda joue un rôle unique en Afrique

Goma, le 23 mai 2016 (caritasgoma.org) – L’un des plus importants pays d’accueil en Afrique, l’Ouganda abrite 700 000 réfugiés. Parmi ces derniers : des Sud-Soudanais, des Somaliens ou encore des Burundais… Mais surtout 228 400 Congolais.

Une vue dans le camp de Nakivale, en Ouganda

Une vue dans le camp de Nakivale, en Ouganda

A six heures de route à l’ouest de Kampala, la capitale ougandaise, le camp de Nakivale – parsemé de petites maisons de briques ou d’argile, certains avec un toit en tôle ondulée – s’étend sur plus de 184 km². Le camp est situé dans une zone couvrant un lac, des collines, de nombreuses cours d’eau et des champs fertiles.

C’est ici que résident plus de 100 000 réfugiés. Ils reçoivent des abris et de la nourriture. L’éducation est gratuite pour leurs enfants. Parmi ces personnes, il y a des réfugiés congolais qui fuient régulièrement les combats au Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), depuis plus de deux décennies. Ceux de la partie sud de la province fuient vers l’ouest de l’Ouganda par le poste-frontière de Bunagana.

Le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a fait l’éloge de l’Ouganda comme “ayant des politiques progressistes et avant-gardistes” pour plus de 700 000 réfugiés dans le pays. “Le modèle de l’Ouganda est presque unique en ce qu’il accorde aux réfugiés”. Selon les observateurs, ce qui rend l’Ouganda unique, c’est la prise en charge immédiate des réfugiés et l’aide qui leur est apportée. “En Ouganda, les réfugiés ont la possibilité de contribuer à l’économie locale”, affirme un des porte-parole du HCR. Car certains réfugiés, notamment des Congolais, ne sont pas dans des camps, plutôt éparpillés dans les villes.

Pour sa part, le pape François a remercié l’Ouganda pour avoir ouvert ses portes aux réfugiés qui fuient les conflits à répétition dans les Grands Lacs. “Je remercie l’Ouganda pour sa générosité dans l’accueil des réfugiés”, a-t-il écris dans un twitter lors de son passage dans ce pays de l’Afrique de l’Est en novembre 2015.

Mais tout n’est pas rose

En fait, plusieurs conflits ont secoué l’Ouganda pendant de nombreuses années, forçant des milliers d’Ougandais à fuir. Même le président ougandais Yoweri Museveni et certains de ses collaborateurs ont été réfugiés.

Après l’Ouganda, quatre de ses voisins (Kenya, RDC, Rwanda et Soudan du Sud) ont vécu, au cours de ces 20 dernières années, des conflits qui ont poussé leurs ressortissants à trouver refuge en Ouganda. Un pays où les cultures et les langues sont identiques avec celles des pays voisins. Ce qui rend l’intégration un peu facile.

Mais le camp de Nakivale se trouve à proximité des villages ougandais où des paysans pratiquent des cultures de substance. En voyant le gouvernement qui enlève leurs terres pour faire de la place aux réfugiés, les premiers ne sont pas contents de l’aide apportée aux seconds. D’où, une certaine méfiance à l’égard des réfugiés.

Le gouvernement soutient que ces terres avaient été prévues pour les demandeurs d’asile. Dans un pays qui a l’une des populations les plus jeunes et les plus dynamiques dans le monde, l’accès la terre est un défi auquel doivent faire face les politiques de réfugiés en Ouganda. Mais pour l’instant, le gouvernement et les populations locales sont déterminés à prendre soin de ceux qui sont dans le besoin et de la meilleure façon possible.

Mesures globales face aux besoins humanitaires

Un enfant réfugié dans le camp de Nakavile (AP Photo/Rebecca Vassie)

Un enfant réfugié dans le camp de Nakavile (AP Photo/Rebecca Vassie)

Le tout-premier Sommet humanitaire mondial a lieu du 23 au 24 mai à Istanbul, en Turquie. Il constitue une plate-forme pour aborder les questions les plus urgentes et établir un programme sur le futur de l’action humanitaire. Sept tables rondes, 15 sessions spéciales et des centaines de manifestations parallèles sont au programme.

Selon l’ONU, plus de 125 millions de personnes ont aujourd’hui besoin d’une aide humanitaire et d’une protection. “Ce sommet est un cri d’alarme en faveur de l’action au service de notre humanité partagée”, a déclaré Jan Eliasson, le vice-secrétaire général de l’ONU lors d’une conférence animé à Istanbul. Pour ce dernier, “cette conférence est centrée sur les victimes et la nécessité de trouver les moyens de mieux les aider”.

Le Sommet d’Istanbul ressemble un ensemble d’intervenants directement impliqués dans le système humanitaire mondial. Au total, plus de 6 000 participants sont présents pour ces assises qui durent deux jours.

Cellule de Communication

 

2 Comments

  1. Baunda Buchuma Maelezo dit :

    Mr / Madame . Bonjour. Je Suis un infirmier refugie’ , je sollicite un emploi en qualite’ d’ infirmier de les camps de refugie’ en Ouganda . Bon Service . Tel : + 256753207335

  2. Je Vous Sollicite un emploi , je suis refugie’ congolais , pere de 8 enfants . Merci , Bon Service .

Laisser un commentaire

Don à Caritas Goma