Transfert des capacités : le projet Shifting the Power vise la communication humanitaire

Goma, le 06 septembre 2017 (caritasgoma.org) – Appuyer les acteurs locaux à prendre une place considérable aux côtés des acteurs internationaux dans le but de créer un système humanitaire équitable passe aussi par la communication. C’est le sens d’une formation en communication humanitaire organisée à Goma, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), par Shifting the Power, un projet géré par un consortium des six organisations britanniques.

Sens du contact et de la pédagogie, capacité d’écoute, esprit d’analyse… Les chefs de projet et les chargés de communication des organisations humanitaires partenaires de Shifting the Power en RDC y ont vu leurs capacités renforcées. Ce, après une semaine de formation (du 28 août au 2 septembre) chapeautée par Taylor Toeka Kakala, chargé de communication à Caritas Goma : l’un des onze partenaires du projet en RDC.

Au centre de la formation : mettre la communication au service de la stratégie de l’organisation. Ce, après avoir élaboré un plan de communication basé sur la communication financière et celle de crise. Mais aussi les NTIC (Nouvelles technologies de l’information et de la communication) et le cinéma numérique mobile.

Parce qu’il existe de plus en plus d’associations dans tous les secteurs (social, culturel, sportif, caritatif), les NTIC montrent qu’il devient aussi de plus en plus difficile de se démarquer. Dans ce contexte, la diffusion et la visibilité deviennent une véritable gageure. D’où, les NTIC pour son association sonnent alors comme une évidence. Les participants se sont rendus compte que l’objectif principal d’une organisation à but non lucratif est – ou devrait être – de se faire remarquer à moindre coût, facilement et en économisant son temps. En termes de communication, créer un site Internet, est une solution peu onéreuse, facile à mettre en place de chez soi, à la portée de tout le monde et permettant de s’offrir une visibilité potentiellement internationale. Créer une page web pour son organisation, c’est mille fois : Oui. Mais pas n’importe comment !

Parce qu’encore, les infrastructures ne permettent pas de projeter le film dans des milieux ruraux [pour ne pas parler des milieux urbains], la formation a montré que les humanitaires sont appelés à utiliser le cinéma numérique mobile. Ce, en utilisant un laptop alimenté par un générateur électrique pour projeter les films documentaires. L’objectif est d’informer et de sensibiliser les populations à des sujets tels qu’Eau, hygiène et assainissement, l’environnement, les bonnes pratiques agricoles, le sida… pour le changement de comportement.

Améliorer les capacités pour répondre aux urgences

Les acteurs locaux sont présents lorsque les désastres arrivent. Et ils sont les premiers à répondre aux crises parce qu’ils vivent avec les communautés affectées. En plus, ils ont la connaissance du terrain ainsi que l’acceptation locale. En dépit de ces atouts, les acteurs locaux rencontrent d’énormes défis étant donné que le rapport des forces au sein du système humanitaire n’est pas équilibré. Et devient de plus en plus complexe !

Tenant compte de cette réalité, Shifting the Power – un des projets initiés par Network Start – a vu le jour en 2012. En RDC, il est géré par un consortium des six organisations britanniques : Action Aid, Cafod, Christian Aid, Concern, Oxfam et Tearfund, qui bénéficient du financement de DFID, l’agence britannique d’aide au développement. Le projet a été développé en réponse aux recommandations faites par The Global Humanitarian Platform pour un monde humanitaire qui met les organisations locales au centre de l’action humanitaire dans leurs pays. Il est mis en œuvre au Bangladesh, en Ethiopie, au Kenya, au Pakistan et en RDC.

“Faire appel à un staff d’une organisation partenaire de Shifting the Power comme le principal formateur sur le renforcement des capacités des staffs d’autres organisations locales est une réussite pour le projet”, se félicité Fred Kande Buingo, du staff Shifting the Power à Cafod, l’agence qui assure le lead du projet en RDC.

Cellule de Communication

Laisser un commentaire

Don à Caritas Goma