Triangle Mpati-Kalengera-Bweru : La rivalité entre deux groupes armés pousse la population à abandonner la zone pour trouver refuge ailleurs

Goma, le 19 mai 2017 (caritasgoma.org) – A la rivalité entre rebelles rwandais du Conseil national pour le renouveau et la démocratie (CNRD) et leur branche-mère des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), il faut désormais ajouter les Congolais des Forces de défense des droits humains (FDDH)… ou les Nyatura-Kasongo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers 4 heures du matin de ce lundi 15 mai, les combattants du CNRD attaquent les positions des Nyatura à Bukamba, une localité qui se trouve dans le triangle Mpati-Kalengera-Bweru. Les sources locales affirment qu’après avoir chassé les Nyatura, les CNRD progressent vers Kalengera, à 3 km. Deux heures plus tard, ils l’occupent… Bilan, encore un déplacement massif des populations de cette partie du Nord-Kivu – une province de l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) – vers une vingtaine de localités. Et où elles sont reçues dans des familles d’accueil [déjà démunies] ou entassés misérablement dans des camps de déplacés.

Pour les observateurs de ce conflit, la conquête de l’espace à contrôler pourrait être à la base de dissension entre CNRD et Nyatura-Kasongo, deux groupes armés qui étaient encore alliés jusqu’à une époque récente. Depuis fin-avril, les deux antagonistes s’affrontent régulièrement dans l’angle Mpati-Kalengera-Bweru, profitant de l’absence des Forces armés de la RDC (FARDC) sur une partie de la chefferie de Bashali-Mokoto. Selon les premières estimations faites par des vulgarisateurs de Caritas Goma – qui exécute un projet multisectoriel sur le terrain en faveur de 5.500 ménages – c’est environ 6.700 autres qui ont fui les hostilités.

Malgré l’instabilité, les activités du projet Appui multisectoriel aux ménages affectés par les conflits armés (AMAC) – financé par Caritas Allemagne – sont toujours exécutées par le biais des vulgarisateurs pépiniéristes sur le terrain et les bénéficiaires, en étroite communication avec les équipes du projet dans les villages où les conditions sécuritaires sont relativement calmes. Et étant donné que ce triangle soit dans la période culturale pendant laquelle plusieurs activités sont en cours de réalisation, les vulgarisateurs AMAC tentent de faire des plaidoyers auprès des belligérants pour voir comment le calendrier agricole peut être respecté.

Cellule de Communication

One Comment

  1. bonjour chers collegues,juste vous remercier pour les informations que vous nous fournissez souvent.si vous pouvez nous informer sur l’appui multisectoriel aux menages affectés par les conflits armés au Nord-kivu par caritas goma.Merci

Laisser un commentaire

Don à Caritas Goma